Le Japon gratuit

Autostop au Japon, bons plans et hôtels pas chers (Kyôto, Tôkyô…) ainsi que les spots de camping, sauvage ou non.

Le camping sauvage au Japon (1)

L’hôtel au Japon, ça coûte un bras. Pour le prix d’une chambre à 3000¥ (27€), pensez à tout ce que vous pourriez avoir  !

– 1 soirée au karaoke entre amis,

– 3 jours de tourisme à Kyôto en bicyclette,

– 23 trajets en métro,

– 28 boîtes à bentô qui coûteraient une fortune en France…

Le camping sauvage s’annonce donc comme LA solution la plus économique, l’occasion aussi de faire des rencontres inoubliables avec les habitants du coin. De plus, vous serez réveillé de bonne heure par le soleil et serez immédiatement disponible pour partir à l’aventure, sans être tenté de faire la grasse matinée ou de glander sur l’ordinateur de l’auberge de jeunesse.

N’importe quel terrain plat et abrité fera l’affaire, mais tous les spots de camping ne se valent pas.

– Si vous êtes en ville :

Préférez les zones peu  urbanisées, en banlieue, quitte à prendre le train ou le bus pour quelques stations. Descendez à la première station où vous verrez un bout de campagne. Le mot d’ordre est : discrétion. Arrivez tard. Repartez tôt. Ne dérangez personne. Le mieux est encore de repérer les lieux dans la journée, avant les visites, quand on est encore assez frais.

Choisissez une tente autoportante, qui peut au besoin être posée sans piquets. L’idéal pour camper sur du béton.

_______________________

Les endroits à éviter


La montagne, les endroits en hauteur – Une plaie pour trouver un peu de terrain plat.

Les abords des rails – Pour le bruit des trains.

Autour des avenues – C’est du côté des petites venelles que vous aurez le plus de chances de trouver un carré d’herbe à l’abandon.

Le centre-ville en général – Le moindre centimètre carré de terrain est réquisitionné par de méchants immeubles.

Jean-Romuald au parc Yoyogi, 2 minutes avant de se faire embarquer par les honorables policiers-san de Tôkyô.

_______________________

Les meilleurs coins


Les parkings – Excellents  car plats et généralement situés près des toilettes publiques. Mauvais point : pris d’assaut dès 7h par les travailleurs du matin. Attention à ne pas gêner le passage!

Les rivières – Sans doute le meilleur plan pour camper en ville! Les rivières sont souvent bordées de promenades dégagées, surplombées de ponts qui vous protégeront des averses et des indiscrets. De plus, elles sont clairement indiquées sur les plans des villes.

Les parcs – Le problème, avec les jardins publics, c’est qu’ils sont fréquentés par des promeneurs qui peuvent vous cafter à la police. Si jamais les forces de l’ordre viennent vous sortir de la tente, dites gentiment que vous n’avez pas trouvé votre hôtel la veille (« moi étranger barbare, moi perdu dans immense ville japonaise ») mais que puisque les gentils policiers sont venus vous aider, s’ils pouvaient vous indiquer le chemin de la gare d’où vous repartirez dès la première heure, promis, juré, merci beaucoup.

Les bords de mer – Un panorama sans pareil. Attention au sable dans les chaussures et à la marée montante.

Les terrains vagues – Maisons en ruines et parkings à vélo pullulent près des autoroutes et des voies ferrées. On trouve à Miyajima des esplanades de sable parfaites pour passer la nuit (si on survit aux attaques de daims sauvages). Cliquez pour les voir sur la carte.

La forêt, les champs… – Ne vous mettez pas sur le trajet des véhicules agricoles, sous peine d’être réveillé aux aurores par un fermier furibard.

Le terminal du ferry – Le Japon dispose d’un bon réseau de ferries qui font la navette entre ses îles. Les terminaux sont situés à quelques kilomètres du port principal, à proximité des champs. On y trouve parfois des douches. Un bon plan, surtout si vous devez prendre le bateau tôt le lendemain.

Les aires d’autoroute, ou Service Areas (SA) – Vous pouvez camper sans problème dans  les SA ou dans la campagne autour. Il y a toujours un carré d’herbe à disposition, et le thé y est gratuit. Idéal pour le petit déj’!

✦ Sous la route – Si vous vous retrouvez en ville à la tombée du soir et que vous n’avez pas les moyens de prendre le train, tentez de rejoindre à pied un interchangeur (IC) et dormez près des piliers qui soutiennent l’autoroute. C’est bruyant mais vous serez aux premières loges pour faire du stop au matin.

N’hésitez pas à nous faire part de vos expériences de camping sauvage au Japon. Bons coins, idées de matériel… toutes les suggestions sont bienvenues!

_______________________________________________________________________________

Notre site Le Japon Gratuit (ou presque) est listé dans la catégorie
Japon
:

Guide touristique au Japon
de l’annuaire Formation Google Analytics

Advertisements

Navigation dans un article

5 réflexions sur “Le camping sauvage au Japon (1)

  1. Pingback: 10 raisons de faire du stop devant un konbini « Le Japon gratuit

  2. Pingback: 6 raisons de faire du stop devant un konbini « Le Japon gratuit

  3. Pingback: Loger chez l’habitant : 3 bonnes raisons d’essayer le couchsurfing « Le Japon gratuit

  4. Pingback: Dormir pas cher au Japon, en BD « Le Japon gratuit

  5. I’ve learn some good stuff here. Certainly price bookmarking for revisiting.
    I surprise how much effort you place to make the sort of excellent informative site.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :