Le Japon gratuit

Autostop au Japon, bons plans et hôtels pas chers (Kyôto, Tôkyô…) ainsi que les spots de camping, sauvage ou non.

Archives de la catégorie “L’actu des baroudeurs”

Retrouvez-nous au festival Partir Autrement

Je serai ce week-end à Paris avec Anick-Marie Bouchard (auteure du blog Globe Stoppeuse) au Festival Partir Autrement. Retrouvez-nous sur notre stand « Stop! Rencontres intenses sur la route ».

Espace Reuilly

21 Rue Hénard, 75012 Paris

Métro Montgallet, Dugommier ou Daumesnil. RER Nation

Publicités

Devenez incollable sur les transports à Tôkyô

Le blogueur aAlex a publié une planche démystifiant les méandres du réseau ferroviaire de Tôkyô. Amusant et bien expliqué.

Le dessinateur prévoit d’autres posts sur les trains locaux semi-express et express, la passmo / suica ( l’acheter, la créditer, l’utiliser )et « voyager avec un ticket ( trouver le tarif, l’acheter, fare adjustment ) ».

Voir la planche sur le blog Issekinicho

Lire aussi

Le Japan Rail Pass, sésame des voyageurs en train

De Paris au Japon par le Transsibérien (train et bateau)

Billets d’avion gratuits : l’opération annulée

Ce projet destiné à relancer le tourisme n’a finalement pas été validé par le ministère japonais des Finances.

Le projet « Fly to Japan ! » (Envolez-vous pour le Japon !) restera dans les cartons de l’office de tourisme nippon. Le ministère des Finances n’a finalement pas donné son aval. Il était question d’offrir 10 000 billets d’avion à des voyageurs du monde entier, de préférence des blogueurs « influents » pour promouvoir l’image du Japon sur le web et contribuer ainsi à relancer le tourisme au Japon.

Lire la suite sur Ouest-France

Lire aussi

Billets d’avion gratuits : le buzz du JNTO fait pshitt!

Vols low-cost à l’intérieur du Japon

Les compagnies aériennes low-cost arrivent au Japon. Peach Aviation, filiale d’All Nippon Airways, dont le premier vol est prévu pour mars 2012, va proposer des prix inférieurs de 45% à 58% à ceux de ses rivales, entre l’aéroport d’Osaka – Kansai et Fukuoka ou Sapporo.

Le prix des billets commence aux alentours de 49 dollars pour la première destination et 62 pour la seconde. 

Parmi les tarifs proposés par Peach Aviation :

– Happy Peach : le siège et rien d’autre, réservation 48 heures avant le départ)

– Happy Peach Plus : un bagage en soute, le choix du siège, le changement de date gratuit et l’achat jusqu’à l’heure du départ.

La différence de prix est aux alentours de 20 dollars.

Lire l’article sur Air Journal

Lire aussi :

3 techniques de ninja pour des billets d’avion moins chers

Billets d’avion gratuits : le buzz du JNTO fait pshitt!

Photo ykanazawa1999

L’office de tourisme japonais (JNTO) a annoncé en octobre que 10000 veinards tirés au sort se verront remettre un aller-retour gratuit pour l’Archipel. Une initiative coûteuse, et pas forcément utile pour relancer le tourisme japonais, comme le souligne Aujourd’hui le Japon.

L’idée de génie du JNTO? Tout d’abord, assurer le buzz avec une annonce-choc : des milliers de billets gratuits pour le Japon! Puis transformer les voyageurs qui bénéficieront de ces voyages à l’oeil en gentils communicants à la gloire de l’office du tourisme nippon :

Les conditions de participation au tirage au sort sont simples: tenir un blog ou un site, être fortement suivit sur les réseaux sociaux, préciser la partie du Japon à visiter et s’engager à fournir à l’état un carnet de voyage qui sera diffusé sur le site de l’office nationale de tourisme (Aujourd’hui le Japon).

D’autant qu’une fois sur place, l’hébergement et la nourriture restent aux frais des heureux gagnants. Ce qui n’a pas empêché l’info d’être massivement relayée sur les réseaux sociaux. Devant l’ampleur du buzz, le JNTO s’est empressé de diffuser un communiqué pour calmer les ardeurs des internautes : l’opération n’est « qu’un projet » et « les modalités pour être choisir parmi les bénéficiaires (…) ne sont pas encore définies ».

Pourquoi un tel rétropédalage?

Pour qu’il se réalise, [le projet] doit être validé par le Ministère des Finances [japonais], fin décembre puis par le Parlement, fin mars (Site du JNTO).

Pas sûr que les élus voient d’un bon œil cette opération de comm’ hasardeuse, dont le coût se chiffrerait, selon les estimations des internautes, à plusieurs dizaines de millions d’euros. D’autant que :

Si le Japon a perdu plus de 50% de son activité touristique durant les mois suivants la catastrophe du 11 mars, la situation n’est pas désespérée. En août, on comptait une baisse de “seulement” 32% du tourisme, en comparaison avec le mois d’août 2010. Le gouvernement japonais a-t-il vraiment besoin d’une dépense aussi conséquente pour reconstruire son activité touristique? (Aujourd’hui le Japon)

Que le JNTO se rassure, son buzz n’est pas perdu pour tout le monde : des petits malins ont d’ores et déjà commencé à faire circuler des emails frauduleux demandant au destinataires de leur fournir des informations confidentielles, soi-disant dans le cadre de l’opération « billets d’avion gratuits ».

En attendant, vous pouvez consulter nos techniques de ninja geek pour acheter vos billets d’avion moins cher.

Des semelles au thé vert contre les odeurs de pieds

Ces semelles de chaussures plutôt originales aident à lutter contre les pieds qui puent. Elles avalent les bactéries et transforment vos fragrances plantaires en un doux parfum de thé vert.

Dans un pays où on se déchausse dès qu’on entre quelque part, il ne reste plus qu’à espérer que cette merveilleuse invention soit rapidement adaptée aux chaussures de rando des backpackers…

http://japon.aujourdhuilemonde.com/des-semelles-au-vert-contre-les-pieds-qui-puent

Via Aujourd’hui le Japon

Deux mois après, le nouveau visage du Tôhoku

La situation à Fukushima est toujours instable, alors que nord-est du Japon commence à se relever de la catastrophe.

« Du bricolage ». C’est ainsi que Roland Desbordes, président de la Criirad, qualifie le dispositif mis en place par Tepco à Fukushima. Contacté par Le Japon Gratuit, il évoque ses doutes face à la tentative de refroidir les réacteurs à l’aide de camions-citernes et de systèmes provisoires, très précaires et générant de grandes quantités d’eau radioactive. (AFP)

L’opérateur espère mettre en place un nouveau système de refroidissement d’ici trois semaines à un mois, selon les médias locaux cités par l’AFP. Objectif : stabiliser la situation sur le site d’ici à janvier 2012.

Les touristes n’attendront pas

De quoi embarrasser le gouvernement japonais, qui souhaite relancer le tourisme dans la région le plus vite possible. Le premier ministre Naoto Kan projette ainsi que de rendre la Tôhoku expressway gratuite. Bien connue des autostoppeurs, celle-ci relie Aomori à Tôkyô, du nord au sud. Rouverte peu après le séisme, elle passe à 30 km de la zone d’exclusion de Fukushima et à 50 km de la centrale.

Pour Roland Desbordes, il n’y a pas de danger à circuler sur cette route, mais faire du tourisme dans le Tôhoku reste prématuré. Qui sait si les réacteurs, en situation toujours instable, ne vont pas connaître un nouveau problème ? « En cas de pépin, estime-t-il, la zone de danger serait de 20 à 150 km autour de la centrale. »

De son côté, le ministère des affaires étrangères français est catégorique : la région du Tôhoku est formellement déconseillée, plus précisément les préfectures de Miyagi, Ibaraki, Tochigi et Fukushima, touchées par la pollution radioactive. Soit une zone qui s’étend des limites de Tôkyô jusqu’à Sendai.

Et sinon, qu’est-ce qu’on mange?

Côté nourriture, un risque plane sur les denrées alimentaires provenant de la zone touchée par les retombées radioactives. Notamment les poissons, algues et crustacés qui ont subi les rejets d’eau contaminée dans l’océan. Certes, la pêche est interdite au large de Fukushima, mais les poissons se rient des frontières (un peu comme les nuages radioactifs). Portés par les courants qui longent la côte vers le sud, rien ne dit que vous ne les retrouverez pas dans votre assiette de sushi à Tôkyô.

En ce qui concerne les produits de la terre, même si « les Japonais ont renforcé leurs normes », il restent « avares de chiffres », déplore Roland Desbordes.

La Criirad devait se rendre au Japon « fin mai, début juin » pour pallier le manque de relevés indépendants dans la région de Fukushima. D’autres ONG comme Greenpeace tentent de faire de même mais se heurtent à l’interdiction de pénétrer dans la zone d’exclusion de 20 km.

Et nous, autostoppeurs, on fait quoi?

D’ici là, nous ne pouvons que conseiller aux backpackeurs qui seraient tentés par une virée nipponne de délaisser la mythique Tôhoku expressway et de lui préférer les petites routes de l’ouest de Honshû. L’occasion de découvrir la péninsule d’Oga. Ou, mieux, de filer vers le sud pour se réfugier peinard au Kansai.

Au moins, vous aurez une chance de ne pas y pêcher un poisson à trois yeux.

Contrôlez en direct le taux de radioactivité au Japon

EDIT : Sur Targetmap, une carte interactive des taux de radioactivité sur l’ensemble du Japon.

________________________

Vous pouvez également contrôler en direct et par webcam le taux de radioactivité à Tôkyô en cliquant sur les liens suivants.

Tôkyô Geiger counter

Tôkyô Geiger counter (lien miroir)

Tôkyô Geiger counter (miroire 2, mis à jour toutes les 10 mn

Chiba (est de Tôkyô)

L’unité CPM signifie « Geiger counts per minute ». 100 CPM font environ 1 microsievert par heure. Le niveau normal est d’environ 0,035/0,036 microsieverts.

________________________

Revue de presse de la matinée :

Accident nucléaire : « s’abriter » ou « se calfeutrer »?

« Alors que les taux de radioactivité autour de la centrale de Fukuchima-Daiichi atteignent des niveaux alarmants, le gouvernement japonais a demandé aux personnes vivant dans un rayon de 30km de celle-ci de rester calfeutrées chez elles. Une consigne similaire a été passée aux Français de Tokyo par l’ambassadeur Philippe Faure. Mais se calfeutrer, c’est quoi au juste? » (…)

Lire la suite sur Slate.fr

________________________

Nucléaire : les questions que vous n’osez pas trop poser

« « La radioactivité se dissipe-t-elle un jour ? » ; « Pourquoi dit-on nucléaire et pas atomique ? »… Nous avons décidé de réunir ici toutes les questions que vous vous posez sur la catastrophe nucléaire au Japon : celles qui reviennent le plus souvent, mais aussi les questions plus insolites ou naïves en apparence, que de nombreux riverains nous ont aussi posées. » (…)

Lire la suite sur Rue89.com

Navigation des articles

%d blogueurs aiment cette page :