Le Japon gratuit

Autostop au Japon, bons plans et hôtels pas chers (Kyôto, Tôkyô…) ainsi que les spots de camping, sauvage ou non.

Archives du tag “hotels”

Le Koenji, hôtel pas cher à Tôkyô

Je viens de recevoir ce lien vers le site d’un hôtel de Tôkyô, The Koenji. Je ne l’ai pas testé, donc si vous y avez déjà séjourné, racontez votre expérience dans les commentaires !

Le quartier du Kôenji. Source : Site officiel

A première vue, les tarifs sont alléchants :

  • Chambre simple : 2500Y
  • Chambre double : 3500 Y

L’hôtel est situé à « 1 minute » de la station Kôenji, au nord-ouest de Shinjuku (qu’on peut atteindre en 7 minutes via métro, selon le site de l’hôtel).

Il ne dispose que de 4 chambres simples, 3 doubles et 1 « twin room » à 3800 Y ainsi que 2 douches, 2 toilettes, 1 cuisine.

Enfin, le blabla du site vous promet un « free hi-speed wi-fi », ce qui n’engage à rien, et un incroyable effet de calme et de relaxation grâce à son « modern japanese design ».

Un critère que conteste un commentaire négatif trouvé sur « trip advisor », d’un voyageur se plaignant de n’avoir pu dormir à cause du bruit du dehors. La mauvaise isolation semble malheureusement être le point commun de nombreux hôtels bon marché à Tôkyô.

La station Kôenji :

Lire aussi

Top 3 des hôtels pas chers à Tôkyô

Top 3 des hôtels pas chers à Tôkyô

Tôkyô est une des villes les plus chères du monde. Depuis le temps qu’on y descend, on a fini par dresser une petite sélection d’hôtels à moins de 3000 Yens (que vous retrouverez bien sûr dans le guide). Comme d’habitude, ici, pas d’hébergement de luxe ou de charme : une chambre d’hôtel, ça sert à poser le sac à dos et rencontrer des gens avec qui faire la fête, pas vrai?

Juyoh

Le Juyoh, à Tôkyô, est un bon plan pour les backpackers.

New Koyo (Minami-senju)

Le New Koyo a longtemps été le petit secret le plus mal gardé des des routard au Japon. On y descend pour ses prix cassés et ses murs dont l’épaisseur évoque avec nostalgie la finesse des crêpes de notre enfance. Pour la station Minami-senju, ses immeubles, ses estaminets sans enseigne, ses petits vieux qui traînent devant les salles de pachinko aux relents de tabac froid et de canettes d’Asahi abandonnées.

Aujourd’hui, le site du New Koyo affiche en gros et en vert « Tokyo is safe! Super low prince! Big discount! ». Cette seule page résume la peur et le courage de certains petits hôtels qui craignent la baisse touristique post-Fukushima.

New Koyo Chambre simple : 2300 Yens ; chambre double : 4000 Yens

Les + : vraiment pas cher, une clientèle de routards fauchés (donc une mine de bons plans!)

Les – : très défraîchi, isolation sonore médiocre

Juyoh (Minami-senju)

Propre, pas trop loin du métro, thé et Internet gratuits. Les chambres sont juste assez grandes pour poser les sacs, dormir et casser la croûte, mais leur sol est recouvert de tatami. Certes, les salles de bain et les toilettes sont communes, mais il y en a plusieurs, dont une réservée aux femmes.

Le petit plus qui fait la différence : un grand bain brûlant, très agréable, au dernier étage, et un petit balcon avec vue imprenable sur Tôkyô.

Juyoh Hotel 2500 Yens/p

Les + : l’accès à Internet 24h/24, les bains, le konbini juste à côté (envie d’un daifuku à onze heures du soir? You can)

Les – : les ordinateurs squattés 24h/24 (mais il y a la wi-fi), l’odeur de tabac dans certaines chambres

Taito Ryokan (Asakusa)

Petite auberge ancienne (construite en 1950), air conditionné, pas de couvre-feu. Thé, café et location de vélos gratuits. L’accès au net coûte 100Y pour 30 minutes, mais la maison précise obligeamment qu’on peut capter un wi-fi non sécurisé du voisinage. Onsen à proximité.

Taito ryôkan 3000 Yens/p

Les + : style ancien, proche du vieux quartier

Les – : difficile à trouver sur la carte

taito ryokan tokyo

Le Taito Ryokan, à Tôkyô

Vous aussi, faites-nous partager vos bonnes adresses à Tôkyô! Ce guide est totalement indépendant. Nous ne recevons aucun paiement ni réduction d’aucune sorte pour nos suggestions. La seule règle pour qu’un hôtel figure dans nos pages est qu’il coûte maximum 3000 Yens par personne ou qu’il soit le seul proposant un tarif abordable dans sa zone.

Lire aussi

Tribune de Genève : Après avoir boudé le Japon post-Fukushima, les touristes reviennent

Crédit photo : Hôtel Juyoh, travelpod.com

Navigation des articles

%d blogueurs aiment cette page :